Aïmelion d'Uetas, le voyageur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atlantis Index du Forum -> Légendes Atlantes -> Légendes d'Atlantis [RP]
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aimelion
Soldat Atlante

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2007
Messages: 894

MessagePosté le: 13/10/2007 04:01:50    Sujet du message: Aïmelion d'Uetas, le voyageur Répondre en citant

HRP/ Pour adapter ceci au Rp de base écrit par l'ombre, considérez ceci comme se passant après la chute d'Atlantis, Uetas fondée par une bande d'atlantes qui voulaient fair revivre le Mythe. Un nouveau cataclysme les a chassés, les réduisant à un très petit nombre.

Vous en apprendrez plus sur Aïmelion en tant que tel dans les posts suivants Wink

Aussi, Mp si jamais il y a des éléments qui ne concordent pas, ou pour les applaudissements, c'est selon (Quelle modestie exemplaire^^) Rolling Eyes Je me ferai un plaisir de corriger ce qui cloche (et de vous remercier^^) /HRP

À Uetas, cité située au-delà de l’océan, lui-même à l’extrême ouest du continent, c’était une journée de célébration. On fêtait le deuxième millénaire de cette citadelle qui n’avait rien de semblable avec celles que le commun des mortels avait l’habitude de voir.

La ville était construite sur la côte de cette contrée inconnue, tout en haut d’une falaise de plus de cinquante mètres. Au sommet d’une avancée rocheuse, qui rappelait la proue d’un navire, était érigée une tour fascinante par sa hauteur. Elle était faite d’un métal brillant, de couleur argentée, qu’on ne trouvait nulle part ailleurs. Elle se dressait de tout son haut en défiant les éléments, dans une majesté jusque là inégalée. Au sommet de l’édifice, il y avait un observatoire en verre, aussi clair que le plus pur des cristals, mais aussi résistant que l’acier.

Puis en arrière plan s’étendait Uetas, la ville du savoir. Entourée de remparts infranchissables, faits du même métal que la tour, elle resplendissait au soleil, éblouissante au levant, réfléchissant la lumière dans toutes les directions et menaçante au couchant, prenant une teinte rouge sang lorsque le soleil descendait à l’horizon. La nuit, une lumière bleuté émanait de la cité, chose qui inspirait la peur aux autres peuples environnants, qui ne voulaient sous aucun prétexte s’en approcher.

C’était donc le deuxième millénaire de la ville, consécration de nombreuses vies passées à accumuler le savoir sous toutes ses formes, à travailler pour bâtir quelque chose d’indestructible, sur quoi même le temps n’aurait pas d’emprise. C’était une journées depuis un millénaire où toute la population avait congé en même temps. L’armée défilait dans les rues, un rare événement, pour ensuite se joindre à la population. Partout on voyait des visages souriants là où il n’y avait toujours eut que le sérieux.

Dans l’euphorie de la fête, personne n’avait remarqué le lourd nuage noir envahir le ciel marin. Il venait droit sur la cité, chargé d’éclairs prêts à s’abattre sur la citadelle. Seul Aïmelion, encore jeune selon les siens mais ayant passé un siècle sur la terre, eut un frisson qui lui parcouru le dos à la vue de l’étrange spectacle. Il parti rapidement dans ses appartements, prit ses vieux bouquins, où il avait consigné toutes ses découvertes, les fourra sans grand soin dans un sac de cuir, accompagné de quelques objets à l’aspect étranges et d’un disque frappé d’un curieux symbole, qu’il cacha soigneusement.

Satisfait, il se précipita au cœur de la fête, tenta de convaincre le plus de gens possible à le suivre vers le port. Un certain nombre l’accompagna, curieux mais anxieux après ce qu’il avait raconté, et bientôt une flotte composée d’une dizaine de gros navires quitta la ville. Quelques instants plus tard, l’orage se déchaîna et Aïmelion regarda tristement la tour qui inspirait tant le respect.

Un grondement sourd, à peine perceptible au départ, leur emplit les oreilles et tous tournèrent leur regard vers la terre ferme. La lueur bleutée vacilla et s’éteignit brusquement provoquant la surprise dans les équipages. Puis, un éclair leur montra une dernière fois la tour gracieuse, et dans un tonnerre assourdissant ils virent sa silhouette descendre inexorablement. Une succession d’éclairs leur montra la cité en ruine et les vagues géantes avalant des pans entiers de la falaise, le vent portant au loin les cris de gens agonisants au milieu des décombres.


-« Uetas n’est plus… » Lâcha Aïmelion, incapable de prononcer un mot de plus.
_________________
Aïmelion d'Uetas, le voyageur
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 13/10/2007 04:01:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aimelion
Soldat Atlante

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2007
Messages: 894

MessagePosté le: 22/10/2007 15:38:00    Sujet du message: Aïmelion d'Uetas, le voyageur Répondre en citant

La consternation pouvait se lire sur le visage de tous les rescapés. Personne n’arrivait à comprendre ce qui était arrivé pour que la ville qui se dressait droite et fière quelques heures auparavant ne sombre et disparaisse à tout jamais au fond de l’océan. Masquant à peine sa tristesse, Aïmelion se dirigea vers la salle des commandes, où le capitaine, compagnon de ses nombreux voyages, l’attendait.

Il prit un long tube d’une étagère et en sorti une grande carte qu’il étala sur la table. Il prit une profonde inspiration et raya Uetas d’un coup sec, officialisant du même coup sa disparition. Il s’en voulait de ne pas avoir agit avant que l’orage ne soit sur eux, lui qui savait que la catastrophe était imminente.

Lors de ses nombreuses escapades au cœur du continent qu’ils venaient de quitter, il avait recueilli des bribes d’informations de la part des indigènes, eux qui avaient toujours vécu à cet endroit. Il avait souvent entendu les anciens dire que la grande cité sur la côte était en danger, de même qu’il avait pu constater que la côte était dévastée par endroits.

Il établissait donc l’itinéraire des survivants dans cet état d’esprit en direction d’une terre qui lui était jusque là inconnue. Ils devaient traverser un grand océan pour y parvenir, celui là même qu’ils avaient toujours défiés. Il se demanda qui avait cartographié cette terre, et quand, car il ne se rappelait pas avoir vu l’un des grands bateaux partir vers l’océan, puisqu’ils ne servaient qu’à défendre Uetas contre d’éventuels assaillants, mais comme personne n’osait s’approcher de là, ils ne servaient qu’à se rendre plus facilement à différents points sur le continent.

Ces navires étaient uniques en leur genre. Tout en orichalque, ce métal étrange unique aux atlantes, ils étaient mus par deux énormes hélices positionnées de chaque côté, et actionnées par une source d’énergie dont ils gardaient jalousement le secret. Ils étaient longs et minces et voyageaient beaucoup plus rapidement que n’importe lequel des bateaux qu’ils auraient pu croiser sur leur chemin.

Les rescapés n’eurent pas de problèmes autres que la tempête qu’ils traversaient depuis leur départ, avant d’arriver en vue du littoral. Des voiles apparurent à l’horizon et bientôt les exilés distinguèrent la figure proue du premier navire d’une flotte entière se dirigeant vers eux. N’ayant aucune idée de l’intention de ceux qui venaient vers lui, Aïmelion ordonna à tous de continuer leur chemin, afin de voir quelle serait la réaction de ceux-ci.

Il le su un peu trop tard à son goût. En effet, dès que les deux groupes furent à la même hauteur, de solides grappins fusèrent d’un peu partout et les inconnus passèrent rapidement à l’abordage. N’ayant jamais eut affaire à ce genre d’attaque, le Voyageur mit un peu de temps à se ressaisir. Il distribua les instructions dès qu’il se rendit compte de ce qui se passait et les flancs des bâtiments de métal révélèrent des trappes jusque là cachées, d’où sorti une multitude de boules incandescentes. Toutes percutèrent les voiliers ennemis avec force, si bien que les pirates, de féroces elfes à la peau complètement noire, furent forcés de retraiter avant que toute leur flotte ne soit anéantie.

Cependant, malgré la courte durée du combat, les bateaux atlantes étaient fortement endommagés et près de la moitié des survivants du cataclysme avaient été égorgés par les cimeterres des assaillants. Pour ne pas être ralentis, ils durent couler cinq navires, chargés des morts qu’il y avait eut pendant la bataille.
« Qu’ils reposent en paix » se dit Aïmelion intérieurement.

La moitié de la flotte initiale et leur équipage mirent le cap sur la côte, en prenant bien soin de rester à l’écart villes et des villages, pour ne pas que la triste journée qui venait de passer ne se reproduise.


HRP:

Mais non, pas tout de suite la raison du nouveau cataclysme. Dans le prochain épisode, promis Wink

Ah, et merci à Alandra et son orichalque, qui m'a permi de donner un nom à mon métal mystérieux. Comme quoi j'étais pas complètement dans le champ^^
_________________
Aïmelion d'Uetas, le voyageur
Revenir en haut
Aimelion
Soldat Atlante

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2007
Messages: 894

MessagePosté le: 22/11/2007 19:16:30    Sujet du message: Aïmelion d'Uetas, le voyageur Répondre en citant

HRP: Bon, on va réveiller cette section un peu^^ /HRP

Aïmelion se leva très tôt le lendemain matin, savourant ainsi son premier lever de soleil en cette terre inconnue. Il ouvrit toute grande la fenêtre de sa cabine, puis respira profondément l'air salin de la côte. Il prit ensuite une tunique blanche, sans ornement, et sortit de sa cachette le fameux sac de cuir qu'il avait remplit avec tant de hâte lors du départ.

Il étala sur la couchette son contenu, puis choisis parmi les objets qu'il y avait. Une dague, qu'il cacherait dans le revers de sa tunique. De l'or en grande quantité, puisqu'il semblait évident que les habitants de cette terre en raffolaient. Un instrument en orichalque qui paraissait inoffensif, mais qui s'avérait dangereux entre les mains d'un connaisseur. Finalement, une large outre de cuir, qu'il pourrait remplir d'eau à sa guise, parce qu'il n'avait aucune idée du nombre d'heures ou de jours qu'il aurait à passer loin des siens, et qu'il était tout aussi ignorant de l'hydrographie de la région.

Fin prêt, il rejoignit la cabine de pilotage, où Acetian, le capitaine, s'affairait déjà. Il regarda longuement son compagnon de voyage. Ils étaient si différents du reste des atlantes. Beaucoup plus corpulents que leurs congénères, ils n'en demeuraient pas moins très intelligents. Mais ce qui les démarquait du reste était surtout leur façon de voir les choses et la voie qu'ils avaient choisie.

En effet, ils n'avaient pas voulu s'enfermer dans des laboratoires jusqu'à en perdre la tête, ils voulaient connaître les puissances que les atlantes avaient entrepris de dompter. Ils voulaient être près des créatures inférieures qui peuplaient le continent, car au fond d'eux même ils savaient que chaque action des leurs affectait dans une certaine mesure les autres peuplades. C'était ces traits de leurs personnalités qui aveint rapproché autant les deux êtres et leur avait valu le titre de Voyageurs.


"Eh bien, tu semble prêt à partir de nouveau toi , lui lança Acetian, tirant Aïmelion de sa rêverie.

-Oui, je repars à l'aventure. Mais ce sera seul cette fois, il faut qu'ils comprennent pourquoi nous sommes presque morts dans ce cataclysme, pour ne pas répéter les erreurs passées. Et puis, je dois trouver un endroit où nous pourrons prospérer, ce serait de la folie que de rester ici.

-Je sais... je leur expliquerai la raison de ton départ ainsi que la raison de la chute de notre ville. Sois tranquille pour nous, il reste encore beaucoup de drones après l'affrontement avec les pirates. Nous serons encore là lorsque tu reviendras" Puis, Acetian appuya sur l'un des nombreux boutons du tableau de bord et un léger bruit se fit entendre.

Le plancher s'était ouvert au bout de la pièce, cédant le passage à un escalier qui terminait sa course sur la plage, la sortie étant une ouverture du même genre dans la coque du navire.

Une fois en bas, Aïmelion se retourne, pour ne voir que la mer.
"Très bien se dit-il à lui même, il a pensé à soustraire nos bateaux à la vue de tous"

Définitivement seul, il prit la direction du nord, là où ils avaient aperçut une ville ou un village. Tout au long du trajet, il pensa à ce que devaient faire les autres, quelle serait leur réaction lorsqu'ils apprendrait pourquoi Uetas était tombée. Lui-même ne pouvait s'empêcher de se culpabiliser, d'autant plus qu'il avait été témoin d'événements étranges qui annonçaient la catastrophe.

*Il avait voyagé jusqu'à l'extrême nord du continent qui l'avait vu naître et y avait vu quelque chose qui resterait à jamais gravé dans sa mémoire.Il s'y était rendu avec Acetian, pour y étudier la vie en ces contrés inhospitalières.Cela ne faisait que deux jours que leur campement était établi, mais une tempête digne de l'Apocalypse les frappa.Perdus au milieux de pluies diluviennes, des vents assez forts pour déraciner des arbres centenaires et de vagues géantes qu furent bien près de les engloutir, ils ne savaient pas comment ils avaient pu en sortir indemnes. Alors qu'ils croyaient que tout était enfin fini, un vacarme infernal prit naissance sous leurs pieds. La terre trembla si fort qu'Aïmelion cru la voir onduler et elle commença à se craqueler tout autour d'eux.

Les deux atlantes avaient du sauter par dessus nombre des crevasses pour s'éloigner du coeur du tremblement de terre, mais épuisés, s'étaient écroulés faute d'énergie et d'espoir de s'en sortir. Tout deux se réveillèrent plusieurs heures plus tard, n'arrivant pas à croire qu'ils étaient sains et saufs. Puis, leurs regards se tournèrent vers le littoral ou plutôt ce qui aurait du l'être.

À la place de la haute falaise qui surplombait la mer la veille, il n'y avait qu'un tas de roches fracassées, qui descendait en pente douce vers les vagues, qui frappaient sans relâche. Tout autour d'eux, la terre était crevassée et de hautes colonnes de vapeurs s'élevaient des plus profondes ouvertures. C'était un paysage digne de l'enfer, complètement différent de celui qu'ils avaient vu à leur arrivée.

Ils s'étaient remis en route vers Uetas avec peine, arrivant parfois face à des dénivellations de terrain de plusieurs mètres de hauteur. Les deux étaient conscients que leur peuple avait quelque chose à voir avec cet événement, ce qui n'améliorait pas leur humeur.*



HRP: Fini Very Happy

*= Flashback

Le flashback va continuer dans le prochain épisode, vous saurez donc enfin la vérité sur Uetas Wink Razz /HRP
_________________
Aïmelion d'Uetas, le voyageur
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 11/12/2018 23:54:12    Sujet du message: Aïmelion d'Uetas, le voyageur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atlantis Index du Forum -> Légendes Atlantes -> Légendes d'Atlantis [RP] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Digital Dementia © 2002 Christina Richards, phpBB 2.0.6 Version by phpBB-fr-themes
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com