Légendes des Océans

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atlantis Index du Forum -> Légendes Atlantes -> Légendes d'Atlantis [RP]
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aiolia
Général Atlante

Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2006
Messages: 625
Localisation: Gap

MessagePosté le: 08/10/2007 17:10:47    Sujet du message: Légendes des Océans Répondre en citant

Chaque époque a ses légendes, sa part de mystère. Il en est qui sont éphémères, et d’autres qui demeurent ancrés à jamais dans les mémoires, traversant les siècles, et conservant intacte leurs pouvoirs de fascination.

Parmi ces mythes éternels, il en est un qui se conte de génération en génération depuis des temps immémoriaux : Atlantis...

Atlantis, Atlantis, Atlantis… Murmurant ce nom à l'infini, il sonne comme une promesse, un espoir. Toutefois, alors que beaucoup en évoquent la légende, peu nombreux sont ceux à connaître la véritable histoire de cet étrange peuple que sont les Atlantes. Ainsi certains contes disent que leur magnifique cité demeure aux confins d’un océan inconnu, tandis que d’autres la situent par delà les limites de la Terre, flottant majestueusement sur des eaux turquoise. Mais qui pourrait dire ce qu'il est réellement advenu de cet empire ? S'il y a bien un récit relatant la disparition de cette mystérieuse cité, il faudrait être aussi innocent qu’un enfant pour croire encore aux fables d’un vieux manuscrit poussiéreux d’un petit libraire de village, un enfant d’à peine douze ans et dont le nom serait…

- Aiolos !!! Combien de fois devrais-je encore t’appeler !
- Voila grand-père, j’arrive.

Le jeune garçon s’avança jusqu’à l’échelle ou son grand-père l’attendait impatiemment, suspendu entre deux rayonnages de livres.

- Tu pourrais te presser un peu quand je t’appelle, je n’ai pas toute la journée.

Aiolos, qui avait l’habitude de l’entendre ronchonner, fit mine de ne pas entendre.

- Passe-moi donc les livres qui se trouvent à tes pieds que je puisse les ranger.

Le garçon s’exécuta. Une fois tous les livres archivés à leur place, il s’en retourna rapidement dans l’arrière boutique et reprit sa lecture passionnée des « légendes des océans ».
_________________

Ce que l'on craint arrive plus facilement que ce que l'on espère.


Dernière édition par Aiolia le 20/10/2007 21:05:05; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 08/10/2007 17:10:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alandra
Général Atlante

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 842
Localisation: Vannes-Lyon-Gap-Lyon-Vannes

MessagePosté le: 20/10/2007 19:47:30    Sujet du message: Légendes des Océans Répondre en citant

Là où la folie d'un seul provoque la perte des siens.


Extraits de Légendes de l'Océan – auteur inconnu – publié en l'an XX


Extrait 1 :

"Si peu de temps, si peu de vie, tant d'énergie dépensée pour ce seul et unique instant. L'heure est proche je le sens. Bientôt tous admireront cette indicible puissance, ils se prosterneront devant leur nouveau Roi.
L'euphorie me gagne, je ne connais point la peur pas plus que le doute. D'aucuns argueront que je suis fou… Pauvres d'eux… Ils ignorent… Ils ne savent pas… Ils ne connaissent pas… Ce pouvoir, cette attraction… Je n'y peux rien… C'est plus fort que moi…
Les mots se bousculent, ma plume n'est pas assez rapide. L'euphorie me gagne… Il me LE faut !
"


Extrait 2 :

"Andax leva les yeux au ciel pour la énième fois depuis l'aurore et observa avec inquiétude l'horizon. Quelque chose n'allait pas mais il ignorait quoi. Il se sentait oppressé, et cela ne présageait rien de bon… Vivement que la journée se termine. Il embrassa du regard la mine d'orichalque dans laquelle il travaillait depuis son adolescence. Ce métal si étrange et si convoité des autres contrées avait quelque chose d'attirant. Toutefois Andax en avait tellement vu qu'il ne s'agissait plus pour lui que d'un minerai comme un autre.
Il épongea la sueur qui perlait sur son front et se remit au travail, comptant les heures qui le séparaient de la douce chaleur de son foyer.


¤¤¤

Un cri de terreur réveilla Andax en sursaut. Il se redressa dans son lit, l'oreille aux aguets, écoutant avec attention le moindre bruit. Il se saisit doucement de la dague qu'il conservait toujours près de lui, enfila un pantalon et une tunique, puis il sortit de la chambre en veillant à ne pas réveiller Alorea. Il se dirigea à pas de loup vers la chambre des jumeaux, ouvrit la porte et vit les deux petites silhouettes profondément endormies. Il fit le tour de la maison sans rien trouver. Il retournait se coucher lorsqu'un second hurlement se fit entendre, cette fois suivit d'un coup de tonnerre. Andax s'approcha de la fenêtre la plus proche et scruta l'obscurité. C'est alors qu'une série d'éclairs déchirèrent le ciel et un grondement se fit entendre. L'appel de sa femme et de ses enfants l'arracha à sa contemplation.

- Tout va bien, ce n'est rien. Tenta-t-il de les rassurer. Retournez vous coucher, allez !

Toutefois un nouveau coup de tonnerre, plus effrayant que le précédent les firent sursauter. Andax regarda se femme. Celle-ci hocha la tête, saisit les jumeaux et les fit s'habiller tout en leur murmurant des paroles rassurantes de sa douce voix.
Andax sortit de la maison et vit qu'il n'était pas le seul à avoir été réveillé par les hurlements. Tous les hommes du village se tenaient là, une torche à la main et une arme dans l'autre. C'est alors que le plus jeune fils de son voisin arriva en courant vers eux, les yeux exorbités et une grimace d'horreur lui déformant le visage. Il bafouilla quelques mots incompréhensibles, incapables d'expliquer ce qui l'effrayait tant. Dans un ultime effort, il tendit le bras vers l'horizon. Tous se tournèrent dans la direction ainsi pointée et virent une colonne d'eau et de glace se diriger à la vitesse d'un étalon au galop vers le village. Andax écarquilla les yeux de stupeur, et après un moment de flottement où tout s'arrêta autour de lui, il reprit ses esprits et se précipita dans sa demeure.


- Alorea ! Viens ! Prends les enfants, dépêche-toi ! Allez !

Il saisit sa femme par le bras et l'entraîna à sa suite dans une course effrénée. La mine. Ils y seraient en sécurité. Un des jumeaux trébucha. Il s'arrêta, le releva et reprit sa course. Il regarda par-dessus son épaule et vit avec horreur les éclairs qui zébraient le ciel, les colonnes d'eau qui se multipliaient, les nuages qui s'accumulaient, cachant la lune. Le vent se leva et les premières gouttes de pluie s'écrasèrent sur le sol. Il accéléra le pas. Le souffle saccadé de sa femme le suivait, les jumeaux demeuraient cois. Ils y étaient presque. Encore quelques mètres.

Ils atteignirent la mine au moment même où une des colonnes d'eau allait les balayer sur son passage. Andax serra contre lui sa femme et ses enfants. Ils étaient en sécurité désormais.


¤¤¤

Il ne savait depuis combien de temps ils étaient là, assis les uns contre les autres. La faim les tenaillait, mais ils n'en avaient cure. C'est lorsque Andax se crut sauvé qu'il comprit son erreur.
Les éléments se déchaînaient et n'épargnaient rien ni personne sur leur passage. Les fortes bourrasques de vent arrachaient les arbres du sol, les envoyant s'écraser ça et là, tandis que la pluie tombait drue et que le tonnerre grondait. C'est alors que la première vague s'abattit sur la citée atlante emportant avec elle plus d'une vie.
Lorsque le niveau de l'eau monta vers la mine, Andax su qu'il était trop tard. Il poussa sa famille vers les profondeurs du gouffre mais plus ils s'enfonçaient plus son estomac se nouait. Il regarda Alorea qui avait compris que la route s’arrêtait ici. Elle esquissa un sourire tremblotant, se rapprocha et l'embrassa doucement pour la dernière fois. Un mur d'orichalque signifia la fin de la mine. Derrière eux l'eau furieuse accourait. Son cœur se serra. Ils périssaient par sa faute.
"


Extrait 3 :

"La fin… Les dieux ont su… Ils se sont élevés contre ma puissance… Ils refusent que je les domine… C'est trop tard… Je n'y peux plus rien… Tout est perdu… Je reviendrai…"


---------------------------

HRP / les couleurs de dialogues ne sont absolument pas indicatives / HRP
_________________

Nous saurons qui nous sommes quand nous verrons ce que nous avons fait
Revenir en haut
Aiolos
Grand Manitou

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2007
Messages: 927
Localisation: Dans le Pays de l'Homme

MessagePosté le: 21/10/2007 12:52:19    Sujet du message: Légendes des Océans Répondre en citant

Rêve.
Je rêve que je suis là où cette fameuse cité, Atlantis, a disparu il y a tant d’année.
La cité n’est plus en ruine, elle brille de mille feux.
Je ne suis pas seul. De nombreuses personnes sont avec moi, et tout autour de moi.
J’aperçois des amis, ainsi que des gens dont je ne connais le nom mais qui me sont étrangement familiers.


Réveille-toi !

Qui m’appelle ? Je connais cette voix…

Ariana.

Papa réveille-toi, nous devons y aller !

J’ouvre les yeux, et découvre ma fille en train de me secouer.

Papa, allez dépêche-toi ! La mer n’est plus très loin et j’ai une folle envie de me baigner.

Elle se met à rire, tandis que je me frotte les yeux, la lumière du soleil m’ébloui.

Et Bien Ariana, tu es bien matinale…

Il y a quelques lunes de cela, Aiolos et sa fille décidèrent de quitter leur village, suite au décès de sa femme Ayla, provoqué par un tremblement de terre.
Aiolos fut terriblement malheureux, car il aimait plus que tout sa tendre Ayla, heureusement que sa fille était à ses côtés, sinon il l’aurait surement rejoint dans l’autre monde…
Lors d’un rêve étrange, il vit sa femme défunte, elle brillait d’une aura éblouissante.
Elle lui souffla ces mots :


Aiolos… Rappelle-toi…Les légendes…La légende…Atlantis…Ton destin t’attends… Va et retrouve là…

Ayla ?? Mon Amour ? Que dis-tu ? Mais où dois-je aller ? S’il te plait reste avec moi !

Je t’aime Aiolos… Occupe-toi bien de notre fille…

Aylaaaaaaa !!!!


A son réveil, il était perdu; comment faire, où aller, devait-il en parler à sa fille ?...
Il décida de tout lui raconter, elle était émue, et voulait bien sûr accompagner son papa, elle ne voulait pas le laisser seul.
C’est alors qu’ils se décidèrent à partir pour ce grand voyage vers cette fameuse légende…
Ils prirent la direction du grand Océan, ce qui leur réserverait de longues journées de marche.


Allez Papa, tu es mou ce matin, tiens je t’ai préparé une petite infusion.

Merci Ariana, que ferais-je sans toi !

Ils rirent de bon cœur malgré la fatigue qui se faisait sentir.

Aiolos est un homme de grande taille, d’une musculature imposante, doté d’une barbe majestueuse… Il est très têtu, tout comme sa fille, peut faire preuve d’une grande sévérité mais il est d’une nature très généreuse et amicale avec tous ses amis et proches.

Papa !! viens voir !

Qu’est-ce qu’il y a ?

Ils arrivent au bord d’une grande rivière, la plus grande qu’ils aient connut. Elle se situe tout près de l’océan, il ne sont plus qu’à 1 ou 2 jours de marche de celle-ci.

Tu veux te baigner dans cette rivière ?

C’est une idée, mais c’est pas ça ! Regarde cette stèle !

Aiolos s’approche d’un énorme caillou et l’examine.

Le visage d’une femme est gravé dans un monolithe de deux mètres de haut, un mètre de large et une cinquantaine de centimètres d’épaisseur.

Hmmm très étrange…

C’est beau, je trouve ! tu trouves pas qu’elle ressemble à maman ?

C’est vrai… Mais quel est cette pierre ?

Je n’en ai jamais vu comme ça…

Aiolos aperçoit comme une empreinte de main en haut à droite de cette stèle.
Il superpose sa main sur cette empreinte.
Soudain, un tremblement de terre se fait sentir accompagner d’une lumière éblouissante émanant de cette mystérieuse stèle.

Papa qu’est-ce qui se passe ???!!!

Aiolos prend sa fille dans ses bras, et la serre fort contre lui...



(La suite arrive bientôt)
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 12/12/2018 00:22:03    Sujet du message: Légendes des Océans

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Atlantis Index du Forum -> Légendes Atlantes -> Légendes d'Atlantis [RP] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Digital Dementia © 2002 Christina Richards, phpBB 2.0.6 Version by phpBB-fr-themes
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com